Archives pour la catégorie Legende grecque pas de Noel

De la suite dans les idées

Pour les lecteurs fidèles, vous vous souvenez peut être de la légende grecque pas de Noël que  j’avais écrite en décrivant nos pérégrinations dans les Cyclades : cette expérience scientifique avait pour but de profiter du charme des différentes îles des Cyclades tout en faisant la fête en souhaitant que nos copines célibataires trouvent leur bonheur. Le problème de cette année c’est que mes deux acolytes ne sont plus en Grèce, ce qui rend moins amusante cette exploration… Mais comme l’assassin qui revient toujours sur le lieu du crime, mes deux comparses avaient gardé quelques jours pour revenir nous voir et une expédition sur l’île de Folegandros a été organisée… 

 

Pour ne pas vous perdre je ne vous décrirais pas la gestion du groupe et sa géométrie variable ; disons tout simplement que ce long week-end a duré finalement une semaine au total avec des arrivées et des départs échelonnés avec un pic le vendredi ou nous étions 10, pour notre part avec Nico nous avons rejoint le groupe le vendredi matin et nous sommes rentrés le dimanche soir. 

 

Que dire ? Hôtel super sympa  avec une belle piscine (http://www.polikandia-folegandros.gr/ ) ; île très agréable pas très touristique avec un service de bus pour aller à la plage très efficace, on peut même prendre un bateau pour aller sur des plages difficilement accessibles par la route, mer turquoise et fonds transparents, des tavernes et autres bars sont fidèles à la tradition grecque ! Bref nous avons passés trois jours supers ou les moments de fou rires n’ont pas manqué (il aurait  fallu une vidéo du cours de danse aquatique emmenée par Nico) les baignades les cocktails non plus sans oublier un désormais mythique cours de Capoiera sur la plage… c’est simple en revenant j’avais l’impression d’être partie une semaine. 

 

Je vais essayer de vous mettre quelques photos ce soir pour vous donner une idée de l’ambiance. 

 

 

Et ce WE nous partons pour notre traditionnel WE camping sur Evia : on ne se rend pas compte mais c’est vraiment dur la vie en Grèce, surtout l’été ! 

 

Bises à tous 

 

Anne 

 

 

PS : Par contre la recherche du mythique David des Cyclades n’a pas été un franc succès, alors est-ce seulement une légende ? 

Conclusion

Quelques semaines passèrent et nos scientifiques firent le bilan de leurs aventures: à la recherche du David, elles avaient finalement passé trois week-end très agréables en compagnie d’amis. De plus quoiqu’en disent les autres scientifiques, sûrement jaloux de leurs talents, elles avaient bien rencontré un David sur Serifos même si aucune photo ne pouvait le prouver.

 

Pour des raisons professionnelles, elles durent quitter
la Grèce cette année là mais se firent la promesse de revenir chaque année sur les îles juste au cas où quelques David réapparaîtraient.
 

Alors la légende du David, info ou intox? A vous de juger mais une chose est sure, si vous allez sur les îles pour vérifier, je suis partante. Ainsi s’acheve le conte de Noël: cela tombe bien je suis en vacances. Je reprendrais le blog début Janvier

Joyeuses Fêtes

Anne

Chapitre III: Sifnos

 

Apres le demi-échec de leur mission sur Serifos, nos deux scientifiques tentent l’opération de la dernière chance sur l’île de Sifnos…

Une semaine plus tard, de bon matin, au Pirée une nouvelle équipe est prête à partir : nos scientifiques Miss R et Miss G mais aussi coach A et son mari ainsi qu’un couple d’amis de coach A. Nos héroïnes sont tendues en effet nous sommes fin septembre et la saison dans les îles se termine : si elles ne parviennent pas à prouver leur théorie, elles devront attendre une année de plus avant de pouvoir revenir faire leurs observations. 

 

Pour rester concentrées, elles ont choisi de partir avec des couples afin de ne pas être facilement repérables comme célibataires à la recherche du David : en effet leurs aventures ayant été relayées dans le monde scientifique, des nombreuses femmes attirées par la perspective de trouver un David sont parties à la découverte des îles, oubliant ainsi le premier postulat de l’apparition David à savoir que l’on ne doit pas le chercher. Elles savent qu’elles n’ont pas droit à l’erreur et comptent sur les hommes de la mission pour prendre les photos et les rappeler à leur tache. 

Hélas, ce week-end n’allait pas se dérouler comme prévu… Tout d’abord, le bateau partit sous une petite bruine fine pour arriver sous les grosses gouttes d’une averse de type bretonne d’une durée d’une journée environ. Dans ces conditions, difficile pour nos scientifiques de croiser de nombreuses personnes et celles croisées étaient camouflées sous des k-way, parapluie et autres protections contre la pluie rendant quasiment impossible l’identification du David, à moins que celui-ci ne soit pas sensible à la pluie … 

 

La seconde difficulté vint du mari de coach A. Etait-il jaloux du déroulement du précédent week-end ? Considérait-il qu’il était en retard sur les gins tonic ? Personne ne saura réellement ce qui s’est passé mais dés son arrivée sur l’île alors que l’équipe commandait un petit-déjeuner, il démarra immédiatement avec un cocktail limitant ainsi le nombre d’homme en état de témoigner surtout si l’on considère que l’autre homme de la mission étant un jeune marié, il passa son temps à admirer son épouse et ne porta que peut d’attention à la quête du David. 

 

Pourtant nos scientifiques décidèrent de ne pas baisser les bras et entraînèrent toute l’équipe à la découverte de l’île. Miss R prétexta une lecture attentive des guides pour demander à voir de nombreux endroits différents, allant même jusqu’à se passionner pour l’architecture des maisons de Sifnos vite rebaptisées en Maison – bonhomme par le mari de Coach A. 

 

Visites sous la pluie, taverne sous la pluie, tentative de shopping sous la pluie mais point de David à l’horizon… Nos scientifiques commençaient sérieusement à penser que le David étant par essence une créature des îles ne pouvait probablement apparaître que dans un rayon de soleil et cette pluie incessante ne facilitait manifestement pas leur quête. 

 

Vers 18h, toute l’équipe mouillée jusqu’aux os trouva refuge dans un bar pour un bon chocolat chaud. Une fois le chocolat chaud avalé et les vêtements secs, notre équipe malgré son échec relatif concernant les recherches sur le David commença à reprendre un bon moral et à apprécier l’atmosphère cosy du bar du Captain Pirate. Il faut croire que les bars ne portèrent pas chance à nos aventurières car une nouvelle fois, la soirée ne se passa pas vraiment selon le protocole scientifique requis. 

 

Ainsi après quelques verres, Miss G se mit à essayer les différents couvre-chefs du patron du bar, pour le plus grand plaisir du mari de coach A qui se joignit à elle pour les essayages: c’était drôle mais complètement improductif et peu favorable à l’apparition du David. En effet le David doit tomber sous le charme d’une célibataire qui exalte charme et sensibilité, Or disons le franchement, Miss G déguisée en rasta et bien ce n’était pas vraiment l’éternel féminin. 

 

Pire, vers 1h du matin toute l’équipe migra vers une pizzeria pour «éponger» l’alcool, Si un David s’était trouvé à l’horizon, il était peu probable que nos scientifiques le repèrent. 

 

Le lendemain constatant leur nouvel échec et malgré le retour du soleil, nos scientifiques n’avaient plus tellement le cœur à l’ouvrage et profitèrent simplement de la beauté de l’île. Miss R tenta bien de rester un jour de plus mais la pluie revint et elle ne put continuer son exploration. 

 

Demain la conclusion….

Un demi échec ou une première preuve?

 

Maintenant que le David est repéré, il s’agit de l’approcher et de vérifier la légende… 

Miss A et Mister G décidèrent de faire une étude de l’environnement du David en allant danser à l’intérieur du Bar ; quelques instants plus tard, Miss R testa son pouvoir d’attraction du David en se levant ostensiblement pour aller aussi sur la piste de danse. Restées seules Miss G et coach A échangèrent quelques idées sur le plan à suivre, quand tout à coup, Miss G, interprétant à sa façon les conseils de coach A se mit à faire des gestes en direction du David tentant de l’inviter à la rejoindre sur la piste de danse. Le message était-il clair ? Difficile à dire, pour coach A cela ressemblait davantage à Bernardo le serviteur de Zorro essayant de mimer le sergent Garcia, néanmoins sure de son effet Miss G partit d’un pas décidé sur la piste de danse et coach A ne voulant pas être en reste suivit le mouvement. 

 

Une séductrice fuyante et une sourde et muette, ce duo de choc allait-il être suffisant pour attirer le David ? Et bien oui, preuve que le David est quand même assez ouvert et très sensible aux charmes des étrangères. Mais une nouvelle fois, la rigueur dont avait preuve l’équipe jusqu’alors allait leur manquer pour la suite des évènements, puisque tout à leur danse et leurs amusements, nos spécialistes en avaient oublié leur mission première et pas une de nos charmantes célibataires ne tenta une approche directe… Quelques heures plus tard, ayant bien profité de la soirée et euphorique par cette rencontre légendaire, notre équipe rentra se coucher les yeux encore brillants d’avoir pu approcher (même de loin) un David. 

 

Le lendemain, alors qu’elles prenaient un consistant petit-déjeuner sur la plage, nos scientifiques firent un point sur leur mission. Elles avaient bien prouvé qu’il existait des David sur les îles, que ces derniers avaient un charme auquel seules les étrangères étaient sensibles. Malheureusement en regardant les clichés pris la veille, elles constatèrent avec stupéfaction qu’aucune photo du David de Serifos n’avait été prise. Douloureuse constatation, malgré le témoignage de leurs acolytes, sans contact direct et sans photo il allait être difficile de prouver leur théorie. 

 

Légèrement déçue mais ne renonçant pas à leur projet, notre équipe partit à la plage pour profiter de leur dernière journée sur l’île. Quelques heures plus tard, en partant vers l’embarcadère, notre équipe était en train de dresser le bilan de leur week-end quand elle croisa un 4×4 rouge. Machinalement nos exploratrices observèrent le conducteur et que virent elles ? Et oui vous avez deviné le David !! Le David qui dans un même mouvement était en train de fixer nos charmantes célibataires. Comme au cinéma la scène passa au ralenti et fut riche en émotion mais la réalité repris ses droits et la voiture continua son chemin. Miss R et Miss G étaient toutes retournées : ainsi le David apparaissait vraiment lorsque l’on ne l’attendait pas et la veille elles n’avaient pas rêvé… 

 

A bord du ferry, un conseil se tint pour décider de la suite des évènements : coach A leur proposa de constituer une nouvelle équipe et de tenter une nouvelle expérience le week-end suivant sur une autre île : Miss R et Miss G acceptèrent le défi et décidèrent donc de partir sur l’île de Sifnos afin de vérifier les points suivants : 

-Le David apparaît lorsqu’on ne le cherche pas 

-Les locaux sont insensibles aux charmes du David 

-Le David n’est pas un dragueur et même s’il aperçoit de charmantes célibataires il faut faire le premier pas. 

 

Se promettant de faire preuve de davantage de rigueur que durant la nuit précédente nos exploratrices préparèrent leur plan et gardèrent à l’esprit que sans une seconde apparition et sans une photo, elles auraient du mal à prouver leur théorie.

A suivre… 

Reprise de la légende et résumé des épisodes précédents

Vous êtes un peu perdus dans l’histoire, je résume : Miss R et Miss G sont deux scientifiques qui ont décidé de vérifier si la légende concernant le  David des Cyclades est bien réelle. Apres une fausse piste sur Mykonos, elles sont sur Serifos en quête de l’homme parfait. Alors que le week-end n’a pas encore tenu toutes ses promesses. Miss G vient de faire une découverte capitale….

En revenant d’une pause technique (et oui nos héroïnes sont avant tout humaines), Miss G. faillit heurter un homme qui rentrait dans le bar, leurs regards se croisèrent et c’est le choc ! Un David, un David dans toute sa splendeur, une apparition de David bien réelle avec des yeux clairs et un sourire magnifique. 

Prenant sur elle et faisant preuve d’un professionnalisme remarquable, Miss G ne manifesta pas de surprise (ou presque pas mais après plusieurs moritos, c’est difficile de maîtriser toutes ses émotions) et revient s’asseoir à la table. 

 

Rapidement Miss R et coach A se rendirent compte que Miss G était en proie à une émotion forte : après quelques instants, ayant repris ses esprits Miss R se lança : elle avait croisé un David. 

Stupéfaction autour de la table, les discussions s’arrêtent et la tentation est grande de se précipiter dans le bar pour se rendre compte de l’évènement. Mais une nouvelle fois le professionnalisme triompha et notre équipe décida d’une approche coordonnée sur sujet ! 

Ainsi Miss A et Mister G firent sembler d’aller danser pour approcher le David et faire leurs premières constatations. A leur retour, ils étaient formels, le David était beau, il sentait bon le sable chaud (non il n’était pas légionnaire, c’est un David on vous dit !!) et visiblement il était sensible aux charmes féminins. Soulagement autour de la table, le syndrome Mykonos n’avait pas frappé et l’équipe était proche de la plus grande découverte scientifique depuis la découverte de l’Acropole. 

 

Pendant ce temps, le David était ressorti du bar et avait pris place sur la terrasse à quelques tables de distance de celle de notre équipe. Ce mouvement permis à miss R et coach A de voir de leurs propres yeux le divin David : rien à dire, elles étaient bien en face d’un David de légende. Contrairement à ce que l’on pouvait penser, le David ne semblait pas être conscient de son effet sur les humains et plus particulièrement sur la gente féminine et prenait tranquillement un verre en compagnie d’amis. 

Aussitôt nos deux scientifiques en conclurent que le David ne fait pas d’effet sur les autochtones et que c’est pour cette raison que la légende n’est pas reprise par les habitants eux-mêmes. 

Il restait cependant une mission importante à remplir : tenter de rentrer en communication avec lui. A partir de ce moment Miss R et Miss G imaginèrent différentes théories toutes aussi originales les unes que les autres mais qui avaient pour point commun de ne pas être très directes. Coach A commença à faire entendre son point de vue de spécialiste pour les autres et les encouragea à envisager une approche plus frontale. Etait-ce la tension de la journée, le soleil et les coups de soleil ou encore les précédents cocktails, la suite des évènements ne pris pas complètement une tournure très scientifique à partir de ce moment la.

A suivre….

Chapitre II: Serifos (1iere partie)

Quelques semaines plus tard, nos deux exploratrices décidèrent de tenter une nouvelle expérience sur l’île de Serifos. Conscientes des réactions amusées de certains de leur collègues face au récit de leur aventure sur Mykonos, elles décidèrent d’étoffer l’équipe afin d’avoir des témoins supplémentaires et considérés comme objectifs pour mener leurs recherches. 

Elles partirent donc avec une autre célibataire Miss A pour son approche espagnole de la question, coach A, célèbre coach spécialiste pour les autres des techniques d’approches entre les hommes et les femmes et enfin Mister G afin de détecter tout phénomène similaire à celui de Mykonos. 

 

L’équipe étant au complet, elle partit de bon matin vers l’île de Serifos afin de déterminer si cette légende du David était réelle. 

Vous l’aurez compris vous avez à faire à de véritables scientifiques, il était donc important pour cette équipe de suivre un protocole précis qui devait éviter en cas d’apparition du David toute contestation possible par d’autres ethnologues. 

La première règle fut bien évidemment de ne surtout pas chercher à trouver un David. En effet selon la légende, le David doit apparaître aux célibataires et non pas être poursuivis de leurs assiduités. L’équipe pris donc la décision de faire comme si de rien n’était et de profiter pleinement de leur week-end. Elle trouva donc facilement un endroit pour dormir (loué à une dame d’un certain age, donc pas de David à l’horizon), puis le chemin de la plage (pas d’auto-stoppeur au corps de rêve) et profita pleinement de la douceur de la mer (pas de sirène Davidienne mais c’est normal car c’est une autre légende) et finit la matinée dans une taverne au bord de l’eau sans un serveur Davidien à l’horizon. 

 

A ce stade de l’observation Miss R et Miss G commencèrent à douter: et si elles avaient embarqué toute l’équipe certes pour un WE fort agréable mais dépourvu de réel but scientifique. Les autres membres de l’expédition les rassurèrent: ils étaient confiants dans leur expertise scientifique et ne regrettaient pas un instant de s’être associé à cette expérience unique même si Mister G, pour une raison inconnue montrait des signes de nervosité en manipulant un jeu de cartes et en annonçant des quintes, suites et autres tapis… Il semble que cela n’était pas complètement lié à l’expérience en cours! 

 

Après-midi visite pour tous nos chercheurs et arrêt bien mérité après quelques marches dans un café sur une petite place. Afin d’immortaliser cette expérience unique et conscients de la chance de faire partie de cette expédition, des photos furent prises pour étayer plus tard leur récit. 

 

Mais alors mais direz-vous toujours pas de David? Et bien non, c’est pourquoi l’équipe décida de reporter à plus tard l’étude en cours et de partir se détendre dans un bar au bord de la mer. 

Installés en terrasse, nos scientifiques relâchèrent la pression: en effet vous ne vous rendez certainement pas compte de l’effort que cela demande de faire comme si de rien n’était sur une île alors que l’on est sur la trace d’un David! Coach A, tout en sirotant des moritos en profita pour prodiguer à Miss R et Miss G ses conseils pendant que Miss A et Mister G se laissaient entraîner par le récit de leurs précédentes expéditions. Alors que toute l’équipe commençait à se laisser bercer au rythme des verres d’alcool ingurgités (Attention l’abus d’alcool est dangereux pour la santé), et que Coach A commençait à avoir du mal à énoncer des règles simples pour nos deux miss, Miss G fit alors une découverte capitale… 

Chapitre I : Mykonos

Eté 2008, Miss R et Miss G ont bien envie de se détendre et de profiter du climat clément des îles grecques : répondant à une invitation, elles partirent donc pour un week-end sur Mykonos. 

Charmantes, pleines de vie et amateurs de cocktail alcoolisés, Miss R et Miss G ne s’attendaient pas du tout à ce qui allait leur arriver. En effet, sans chercher, sans même se perdre dans les lieux de perdition, nombreux sur cette île, elles allaient se retrouver face à cette créature mythique qu’est le David. 

Petite précision : n’allez pas vous imaginer que vous avez à faire à deux scientifiques mystiques qui s’étant exposées au soleil sans rien manger et n’ayant ingurgité que des gins tonic pour l’une ou des moritos pour l’autre ont soudainement été victimes d’hallucinations !!! 

Non, non, certes Miss R et Miss G ont bien profité de leur week-end sur l’île, certes on raconte qu’elles ont visité un nombre important de bars à la recherche d’un suppose collègue mais rien n’indique qu’à cette époque elles donnaient quelconque poids à cette légende Davidienne… 

 

Et pourtant….après une courte nuit, au petit matin (vers 12h / 13h) alors qu’elles éveillaient leurs papilles en prenant un jus d’orange frais (ce récit pouvant être lu par des plus jeunes, je me sens l’obligation de rappeler qu’il est important de manger 5 fruits et légumes par jour et que l’alcool bouh !!! c’est pas bien)… Je suis perdue ? Oui donc, je reprends, alors qu’elles prenaient leur petit déjeuner en compagnie de leur hôtesse, à la table d’à coté apparu tel un éphèbe, que dis-je un être étincelant, un David ! Beau comme un dieu Grec, le regard clair à peine dissimulé par des lunettes de soleil… Et si la légende était vraie, et si nos deux miss étaient face à la révélation des îles cycladiques ? Leur cœur se mit à battre fort, très fort, leurs yeux s’ouvrirent franchement (et oui car après une nuit de 2 heures même si on est très glamour, les yeux ne sont pas franchement ouverts…) et des sourires s’épanouirent sur leurs visages plein d’espoir. 

 

A ce stade, il faut préciser que Miss R et Miss G étant ethnologues, elles étaient bien sur au courant de cette légende mais que comme leurs collègues, elles mettaient en doute cette théorie, aucune apparition de David n’ayant été signalée depuis plusieurs années. 

 

Elles commencèrent donc à discuter avec cet être fabuleux pour vérifier qu’il ne s’agissait pas d’une apparition post gin tonic  ou d’une simple surchauffe liée au soleil. A leur grande surprise, elles constatèrent qu’elles n’avaient pas rêvé, que le David était bien humain… Ainsi la légende était vraie, ces superbes célibataires allaient pouvoir approcher l’Homme parfait et peut être même bâtir leur vie avec cet être merveilleux. Elles imaginèrent aussitôt comment prévenir toutes leurs amies afin que celles-ci puissent aussi en profiter. Doit-on le dire aussi ? Elles s’imaginaient déjà revenant dans plusieurs années avec cet être d’exception à leur coté, accompagnée de leur descendance se remémorant cette rencontre… Bref tout était parfait ? Vraiment ? Même le charmant jeune homme a coté du David ? Celui-la même qui semblait partager le quotidien du David… 

Horreur, malheur, dans un élan de lucidité Miss R et Miss G réalisèrent leur méprise : sur Mykonos, ce risque existait de rencontrer un homme certes charmant mais peu sensible aux charmes féminins et cela n’avait rien a voir avec la légende du David. 

 

Dommage la journée était belle et le jeune homme charmant … Nos deux ethnologues gardèrent alors en mémoire que cette légende était peut être bien réelle et qu’elle nécessitait probablement des recherches approfondies sur d’autres îles des Cyclades… 

Le mythe du David des Cyclades – Intro

Chose promise, chose due : aujourd’hui commence la série légende grecque. Cette série devrait vous amener vers le 18 décembre date à laquelle je rentre en France 

Petite précision : cette légende est bien sure pure invention et toute référence à des personnes existantes ou des faits réels serait bien entendue fortuite… 

 

Bien sur pendant toute la série, n’hésitez pas à faire des commentaires, à essayer de deviner la suite, à essayer de démêler le faux du vrai… 

 

Bonne lecture 

 

 ************************************************************************************************

 

En Grèce tout commence dans la mythologie et si la plupart de ces mythes sont connus, connaissez vous le mythe du David des Cyclades ? 

 

Dans certaines légendes, on raconte que Zeus plaça sur chacune des îles des Cyclades, un homme, célibataire au corps parfait, aux muscles développés mais pas trop, au regard clair et malicieux, à l’intelligence subtile, à l’humour délicat, altruiste et au charme ravageur…Bref il aurait placé l’Homme avec un grand H, l’homme idéal celui qui n’existe pas selon les autres hommes ? Pourquoi ? Et bien tout simplement pour permettre à une célibataire au cœur pur et aux nobles intentions de trouver le bonheur en visitant ces îles. 

 

Certains historiens semblent aujourd’hui remettre en cause cette légende, prétendant que cette histoire a été inventée par l’office de tourisme des îles des Cyclades afin d’accroître son nombre de touristes et que malheureusement toutes les célibataires peuvent partir en chasse, il est peut probable qu’elles trouvent le David de leur rêve…. 

 

Cette légende aurait pu être ainsi oubliée progressivement si en 2008, deux ethnologues réputées n’avaient pas au cours de leurs expéditions du faire face à de troublants événements. 

 

Pour garder leur anonymat et protéger la publication de leur futurs travaux, appelons-les Miss R, à l’entourage fumeux et Miss G, DJ bretonne : ces deux charmantes scientifiques ont en effet du se résoudre à admettre que cette légende était peut être vraie. 

 

Attention, avant que les célibataires du monde entier ne se mettent à affluer sur les îles, écoutez bien leurs aventures et faites vous une opinion sur la véracité ou non de cette histoire…. 

Annonce pour les lecteurs fidèles

Ma belle-sœur Caroline me dit souvent que la lecture du blog est comme celle d’un feuilleton ou l’on attend tous les jours le récit des nouvelles aventures 

 

Avant la trêve de Noël et l’arrêt temporaire du blog pour cause de retour en France (je reprendrais le 5 janvier), j’ai décidé de vous mettre en ligne non pas un conte de Noël mais une légende grecque revisitée à ma façon. 

 

Ainsi à partir du 1er Décembre, tous les 2 jours, vous pourrez trouver un nouvel épisode de cette légende. 

 

Si avec cela, je ne bats pas mes records de fréquentation, j’abandonne !!!! 

 

Bises 

 

Anne 

Elliott et Judith au royaum... |
Merci LA CCIP |
Madrid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage Amerique Centrale
| Les voyages de Saïd
| africavoyage